The Life List dans les médias

"The Life List dispense des conseils, recommande des lectures, des programmes d'aide au changement. Les adeptes d'un petit changement de vie y agrègent leurs rêves..."

"Julien est un expert qui a fait ses preuves en matière de changement de vie"

"Le concept de Life List est arrivé en France. C'est un outil à la portée de tous pour faire l'inventaire de ses souhaits et se donner les moyens de les réaliser..."

"The Life List’ : Le super blog De Julien qui a décidé de réaliser tous ses rêves sans attendre"

Dans quelle mesure écouter l’avis des autres ?

Par Julien Perret 13 novembre 2013 0
Dans quelle mesure écouter l’avis des autres ?

Je ne connais pas un seul entrepreneur qui ne se soit pas pris à minima une claque en discutant de ses projets avec son entourage. L’avis des autres peut aussi bien être une source intarissable de conseils utiles qu’une barrière à votre évolution et à l’évolution de vos projets. C’est d’ailleurs la raison qui fait que nombre de blogueurs et entrepreneurs vous recommanderont un jour d’écouter les critiques, puis le lendemain de les laisser passer sans y prêter attention.

Que vous débutiez dans la création d’entreprise ou que vous soyez aguerri à la tâche, vous essuierez les critiques de toutes part. La remise en question et le doute font parti du prix à payer pour avoir choisi la voie la plus difficile à emprunter. Amis, famille, faux experts, entourage professionnel ; Tout le monde aura envie de mettre son grain d’expertise dans votre projet et vous démontrez que vous ne faites pas aussi bien les choses qu’il l’auraient fait. La question est alors de savoir si vous devez embrasser les mots de vos “détracteurs” ou plutôt choisir de faire l’autruche afin de les transformer en bruit de fond inaudible.

S’ouvrir à la critique et rejeter le cynisme

La critique est le cynisme sont deux sujet très différents, bien que parfois confondus. La critique est souvent motivée par la curiosité et l’envie de mieux comprendre ce que vous faites. Contre toute attente, elle provient souvent de proches qui cherchent à vous protéger en s’assurant pour vous de vos décisions. Qu’elle soit constructive ou non, elle aura pour effet de vous faire douter sur votre approche et de remettre en question vos acquis, mais il sera possible d’en tirer des enseignements. Dans l’expérience que je traverse actuellement (une nouvelle création innovante dans le domaine de la restauration), la critique peut prendre des formes telles que “je trouve que c’est très cher le loyer que tu vas payer” ou “non mais il faut aussi que tu fasses une offre bio, les gens ils aiment le bio”.

Il va de soi que ces sujets ont été tournés dans mon esprit de nombreuses fois avant que la critique ne fasse son apparition, et qu’il peut me sembler difficile d’entendre une remise en question des choses sur lesquelles j’avais pris une décision. Ces remises en question sont parfois issues de novices sans expériences, mais constituent néanmoins une réflexion supplémentaire sur le modèle que vous cherchez à mettre en place. A posteriori, elles vous indiquent des failles dans votre modèle ou vous permettent de réaffirmer votre positionnement stratégique.

Le cynisme est assez différent. Il prend la forme d’un propos négatif fondé sur des préjugés ou des contrindications au changement et non sur des faits concrets. Fait surprenant, le cynisme peut autant provenir de novices ayant un avis sur tout que des experts établis de votre marché qui fondent leur avis sur une expérience parfois trop rigide. J’ai ainsi eu l’occasion d’entendre des “la restauration c’est dur, laisse tomber” provenant de personnes n’ayant jamais approché le marché comme des “un loyer c’est 10% du chiffre d’affaires et la  main d’oeuvre 25%” venant d’un agent réputé dans la transaction de fonds de commerces. Un fait qui s’avère fonctionner dans 95% des cas mais qui ne s’applique par véritablement au modèle que je suis en train de créer et qui cherche à briser les codes traditionnels de la restauration rapide. La fuite de certains experts devant votre modèle peut tout autant présumer d’une erreur que d’un trait de génie.

Aiguiser son instinct

Savoir qu’il existe deux typologies de critiques et qu’elles ne doivent pas être traitées de la même manière, c’est bien. Mais savoir les différencier serait probablement plus intéressant. La question n’est donc pas de savoir si vous devez ou non écouter les critiques, mais de pouvoir aiguiser suffisamment votre instinct pour reconnaitre le cynisme et vous en débarrasser.

Le premier critère à envisager est de savoir si votre contact parle avec logique ou bien si il est guidé par la peur ou une autre émotion primaire. Les critiques basées uniquement sur l’émotions tendent généralement plus vers le cynisme, et les personnes qui les prodiguent chercheront tous les arguments possibles pour ne pas aller dans votre sens et avoir raison. Cherchez à cerner la logique des critiques qui vous sont envoyées pour faire le tri le plus efficace qui soit.

Le travail inverse a lui aussi son importance. La logique doit primer dans ce que vous allez retenir. Posez-vous la question de votre embarras vis à vis des critiques mentionnées. Les critiques vous bloquent-elles parce qu’elles reposent sur des arguments pour lesquels vous n’avez pas de réponse, ou sur lesquels vous n’avez pas assez travaillé ? De nombreux entrepreneurs reconnaissent avoir des failles dans leurs modèles (ce n’est pas un tort), mais ne les corrigent pas lorsqu’une critique se présente à eux. Vous devez accepter de remettre en question votre modèle lorsqu’une critique vous touche sans que vous n’ayez d’arguments à lui opposer.

Votre instinct reste le support principal de votre projet. C’est sur lui que se basent de grandes décisions. Votre instinct doit néanmoins être supporté par des faits : des tendances, des comparaisons, des chiffres. Seul un examen rigoureux de vos hypothèses peut permettre d’utiliser son instinct sans prendre de risques démesurés. L’instinct donne les grandes lignes de votre projet, mais ne fabrique pas les détails qui les soutiennent. Lorsque j’ai décidé d’entrer dans le domaine de la restauration en changeant radicalement l’un de ses paradigmes, j’ai fait confiance à mon instinct tout en surveillant les tendances actuelles et les évolutions technologiques actuelles.

Et vous, comment gérez vous les critiques ? Dans quel cas faites vous confiance à votre instinct ? Racontez nous en utilisant les commentaires !

Donnez votre avis »

A Propos de The Life List™

Que feriez-vous si vous il ne vous restait qu’une semaine à vivre ? Souhaiteriez-vous partir à l’autre bout du monde ? Sauter en parachute ? N'attendez pas d'être trop vieux pour réaliser vos rêves : The Life List vous aide à véritablement changer de vie aujourd'hui.