The Life List dans les médias

"The Life List dispense des conseils, recommande des lectures, des programmes d'aide au changement. Les adeptes d'un petit changement de vie y agrègent leurs rêves..."

"Julien est un expert qui a fait ses preuves en matière de changement de vie"

"Le concept de Life List est arrivé en France. C'est un outil à la portée de tous pour faire l'inventaire de ses souhaits et se donner les moyens de les réaliser..."

"The Life List’ : Le super blog De Julien qui a décidé de réaliser tous ses rêves sans attendre"

2 leçons tirées de mes 12 derniers mois

Par Julien Perret 6 mai 2013 9
2 leçons tirées de mes 12 derniers mois

Il y a un an jour pour jour, je rangeais pour la dernière fois le bureau dans lequel j’avais passé cinq années de ma vie. Cinq années sans lesquelles je n’en serais pas où j’en suis mais que je ne m’imaginais pas prolonger. Il y a un an, je quittais un job de consultant en stratégie que beaucoup enviaient, que mes parents admiraient, et qui me promettait un avenir tranquille et financièrement serein. Je quittais le job dont je rêvais durant mes études pour me lancer dans une aventure mêlant stress et incertitudes : la création d’entreprise en solo.

J’aimerais fêter cet anniversaire en partageant avec vous deux choses que j’ai apprises durant ces 12 premiers mois. Deux choses que je n’aurais pas imaginé il y a un an et qui changent radicalement ma conception de l’entrepreneuriat. Deux choses qui pourraient en dérouter certains d’entre vous, qui se lancent à corps perdu dans l’entrepreneuriat sans imaginer un instant ce qui les attends. Bien entendu, je garde la meilleure des trois pour la fin, et j’en profiterais pour vous annoncer quelque chose d’important pour la continuité de The Life List et de ma vie professionnelle.

1 – Tout sera deux fois pire que ce que vous imaginiez !

L’entrepreneuriat commence généralement toujours de la même manière. Une idée spéctaculaire débouche sur un business plan ambitieux qui matérialise nos rêves de réussite et de retour sur investissement à moyen ou court terme. J’ai passé 8 ans de ma vie professionnelle à éplucher les business plan réalisés par les dirigeants des entreprises les plus en vue du moment (celles qui avaient réussi à passer le cap de la startup pour atteindre des chiffres d’affaires de plusieurs millions d’euros avec des croissances à vous faire fondre comme un esquimau au soleil). Malgré l’expérience des dirigeants en question, la plupart des business plans étaient surévalués (parfois à des fins stratégiques) et comportaient des hypothèses difficilement crédibles.

Fort de cette expérience et de ma connaissance, je me suis lancé avec un business plan que je qualifierais d’ambitieux mais réaliste. Chaque levier de croissance était clairement établi les hypothèses de croissance restaient relativement conservatrices (une part de marché de moins de 5% au bout de 18 mois, une pénétration quasi nulle chez les ostéopathes expérimentés, etc.). La réalité, c’est que chacune de mes hypothèses a été divisé par deux dans les faits. Mon taux de pénétration est 2 fois plus faible que prévu, mon taux de transformation commercial est d’environ 30% contre 50% initialement  le prix de vente à été divisé par presque 2 pour devenir réaliste, etc.

Croyez le ou non, votre business plan est faux. Vous n’arriverez probablement pas à atteindre vos objectifs (à moins que vous ne soyez la perle rare ou que vous ne surfiez sur une vague particulièrement porteuse comme l’arnaque ou la pornographie). N’imaginez pas atteindre vos objectifs initiaux, surtout si vous avez décidé d’être ambitieux. Cette remarque n’a pas pour objectif de vous faire peur, simplement de vous faire réaliser que si vous ne travaillez que pour atteindre un objectif financier donné, vous allez être déçu.

2 – Le projet de vie initial est souvent complètement faux

Lorsque je me lançais il y a un an, l’objectif était clairement affiché sur The Life List. Je voulais mettre au point un système qui me permette de libérer du temps à moyen terme tout en générant des revenus semi-automatisés. En d’autres termes, je créais DirectOsteo en prévoyant une masse de travail et d’investissement importante au départ mais avec l’objectif de le voir un jour tourner efficacement avec une intervention très limitée de ma part (1 jour par semaine par exemple).

J’imaginais alors que ce qui me plairait dans la vie, c’était d’avoir du temps libre pour voyager ou réaliser des expériences et qu’au plus vite je sortirais de la création pure de l’entreprise, au mieux je me sentirais. Je me trompais complètement.

Aujourd’hui, le projet tourne relativement bien. Même si le chiffre d’affaires et le résultat net sont bien en dessous de mes espérances, ils devraient rapidement me permettre de me verser un salaire tout en consacrant 1 jour par semaine au développement du projet. C’était l’objectif annoncé et je suis assez fier de l’avoir atteint si rapidement. Mais il y a une chose que je n’avais pas prévue, c’est que sans projet professionnel, je m’ennui à mourir ! Ce n’est pas la liberté ‘temporelle’ dont j’avais besoin, mais bien la liberté ‘professionnelle’. Je suis on ne peut plus heureux de ne plus avoir de patron au dessus de moi, et c’est ce qui me stimule au quotidien. Je peux laisser libre cours à mon imagination, à mes envies et à mes projets sans me soucier de ce qui m’arrivera demain.

L’idée d’une semaine de 4 heures à la Tim Ferris m’est complètement sortie de la tête. Je crois qu’elle serait d’un ennui terrible. J’aime créer, entreprendre, me lancer dans des aventures nouvelles en ambitieuses, et c’est ce que je vais continuer à faire. J’envisage donc aujourd’hui de me lancer dans un nouveau projet complètement différent du premier mais qui me trotte dans la tête depuis plus de cinq ans. Je vous en reparlerais bientôt, car rien n’est sur à ce jour, mais je dois avouer que je suis aussi impatient qu’il y a un an, alors que je quittais mon job pour devenir entrepreneur !

 

 

9 commentaires »

  1. Jerome @ changer de vie par l'action 6 mai 2013 à 21 h 57 min - Reply

    “Aventurier et entrepreneur, Julien…”
    Tu l’avais écrit il y a longtemps :o)

    Bon courage pour tout ce qui t’attend encore.

  2. Emmanuelle 7 mai 2013 à 10 h 08 min - Reply

    Joyeux anniversaire alors. :-)
    Je trouve que c’est bien de faire le bilan, ça permet d’avancer.
    Moi je n’ai pas du tout envie de monter mon entreprise donc je ne me retrouve pas dans cet article mais peu importe, c’est encourageant.
    Quant à ton nouveau projet, je ne peux que t’apporter mon soutien. Bravo pour ta volonté et ta persévérance.

  3. Cédric 10 mai 2013 à 10 h 02 min - Reply

    Bon anniversaire et bravo pour tes 12mois, ta décision ton travail.

    Effectivement le temps dégagé peut etre vécu comme un ennui. Simplement tu es un créateur quelqu’un qui a besoin d’un but pour faire avancer le moteur.
    Voilà pourquoi il te faut trouver des buts, projets futurs pour te relancer en motivation.
    Je connais ça sans projet je me laisse aller dans une routine où il est facile de se laisser perdre et ne plus etre celui que l’on est vraiment.

    Donc fonce encore sur ce nouveau projet !

  4. Marie 10 mai 2013 à 20 h 57 min - Reply

    Je suis impatiente de lire la suite !

  5. Perret 11 mai 2013 à 22 h 38 min - Reply

    Bonjour,

    Un gérant de fond m’a expliqué une fois comment il faisait un business plan pour l’un de ses amis et associé. “Fais une projection de merde, au ras les pâquerettes, point bar. Si tu fais mieux tant mieux mais le cas échéant, tu n’as pas de surprise.

    Pour le temps libre, je ne suis pas surpris. J’en connais qui ont de quoi vivre plusieurs vie et pourtant qui continuent de travailler. La raison est simple. Soit leur métier est une passion, soit de leurs dires, ils sont trop jeunes pour être retraité / rentier. Quoi faire de tout ce temps libre !!!

  6. julie 12 mai 2013 à 2 h 30 min - Reply

    on est toujours déçu dans le vie. le rêve de notre enfance c’est assez loin pour la majorité. Je veux jouer la pessimiste mais il faut toujours s’attendre aux mauvaise surprises dans la vie, j’attend la suite avec impatience!

  7. Jordane de MonBonPote.com 13 mai 2013 à 12 h 08 min - Reply

    Félicitations pour ton bilan, t’as fait les choses correctement, pour vu que ça dure ! En tout cas t’es allé plus vite que moi ;)

    A+

    Jordane

  8. Dominique 8 juin 2013 à 10 h 57 min - Reply

    Bonjour,

    Ton article est passionnant, honnête, réaliste.
    Il montre qu’il n’est pas toujours facile, loin de là, de créer une entreprise quelle qu’elle soit.
    Il faut viser haut pour arriver à la moitié de ce que l’on avait espéré.
    Ton bilan après 12 mois d’activités est plutôt positif, je trouve.
    Quant à la semaine de 4 heures, il faut un travail immense en amont avant d’y arriver et je crois qu’elle n’existe pas (c’est surtout un titre accrocheur).
    Avoir un projet ou des projets et se donner les moyens d’y arriver (quel que soit le projet), est ce qui donne du sel à la vie.
    Je te souhaite un égal succès, voire plus, pour ton nouveau projet.

    Dominique

  9. Chris 25 juin 2013 à 13 h 04 min - Reply

    On change tellement, comment savoir à 15, ou même 20 ans ce que l’on veut ? Quand je pense au nombre de personnes qui conservent le même train train quotidien toute leur vie alors qu’ils rêvent d’autre chose.
    Personnellement, je n’ai aucun problème avec le fait de voir ma vie régulièrement chamboulée en fonction de mes envies !

Donnez votre avis »

A Propos de The Life List™

Que feriez-vous si vous il ne vous restait qu’une semaine à vivre ? Souhaiteriez-vous partir à l’autre bout du monde ? Sauter en parachute ? N'attendez pas d'être trop vieux pour réaliser vos rêves : The Life List vous aide à véritablement changer de vie aujourd'hui.