The Life List dans les médias

"The Life List dispense des conseils, recommande des lectures, des programmes d'aide au changement. Les adeptes d'un petit changement de vie y agrègent leurs rêves..."

"Julien est un expert qui a fait ses preuves en matière de changement de vie"

"Le concept de Life List est arrivé en France. C'est un outil à la portée de tous pour faire l'inventaire de ses souhaits et se donner les moyens de les réaliser..."

"The Life List’ : Le super blog De Julien qui a décidé de réaliser tous ses rêves sans attendre"

Publier un livre pour financer vos rêves : Pouvez-vous  y parvenir et de quelle manière ?

Par Julien Perret 30 avril 2012 0
Publier un livre pour financer vos rêves : Pouvez-vous  y parvenir et de quelle manière ?
  • Besoin
  • Barrières
  • Contrôle
  • Taille
  • Liberté

Dans le cadre de la méthode The Life List, j’ai choisi de vous parler une fois par mois d’un modèle possible de petite entreprise qui pourrait vous permettre de générer des revenus additionnels pour réaliser vos rêves. Puisque j’ai publié un livre il y a à peine une semaine, l’édition était le candidat idéal pour commencer cette série sur laquelle j’attend vos retours avec impatience.

L’édition est à première vue un moyen viable de développer ses revenus. Et pour cause, elle répond aux cinq critères que j’ai défini comme étant les fondamentaux d’un business model capable de vous aider à réaliser vos rêves et à changer de vie :

  1. Des ventes récurrentes ne demandant qu’un effort réduit une fois l’architecture de vente globale mise en place
  2. Une capacité à atteindre une taille critique en touchant plusieurs milliers de personnes
  3. Un contrôle élevé (à condition de bien choisir le mode d’édition)
  4. Une multitude de thématiques possible qui assurent de pouvoir répondre à un besoin
  5. Des barrières à l’entrée généralement assez élevées à condition de faire preuve de créativité et d’avoir un minimum de talent dans le domaine de l’écriture.
Seulement, l’edition n’est pas un business facile :
  1. Les ventes dépendent de votre capacité à atteindre un GRAND nombre d’acheteurs. Vous gagnerez rarement plus d’une vingtaine d’euros par livre vendu, il va donc falloir en vendre plusieurs milliers pour financer vos rêves
  2. Les barrières à l’entrée dont je parlais n’existent que pour ceux qui réussissent à écrire quelque chose d’unique dans son contenu ou dans son style. Il suffit d’un rapide tour à l’a fnac ou dans une librairie quelconque pour réaliser le nombre de concurrents que vous aurez sur le secteur de l’édition !
  3. Enfin, la question du format est fondamentale puisque c’est sur elle que repose tout votre système financier. Or cette question n‘a malheureusement pas de réponses pré fabriquée. C’est avant tout votre bon sens qui permettra de faire un choix entre l’édition papier et la version électronique.

Vous allez avoir à jouer avec ces trois paramètres pour choisir votre mode d’édition et constituer une source de revenus viables. Voyons rapidement les avantages et inconvients de chacunes des deux méthodes principales d’édition : le format papier ou l’e-book.

La maison d’édition

Pour une édition papier, un auteur touche généralement des royalties à hauteur de 10 à 15%, soit une moyenne de 2 euros sur un livre classique vendu entre 15 et 20 euros (nous excluons ici les livres de poche qui rapportent encore moins que les autres et demandent un effort encore plus conséquent). La maison d’édition vous fournit  une avance dont les montants sont extrêmement variables, mais dont nous ne tiendrons pas compte ici.

Il faut donc que vous vendiez 30 000 exemplaires si vous voulez pouvoir financer vos rêves à hauteur de 500 euros par an pendant 10 ans.

Des livres vendus à plus de 25 000 exemplaires, il en existe extrêmement peu (moins de 1% des livres publiés si ma mémoire est exacte). Ils sont généralement réservés aux auteurs dont la réputation n’est plus à refaire (ceux qui visitent régulièrement les plateaux télé ou ceux qui possèdent une communauté web suffisamment importante pour relayer leur message) ou à ceux qui ont réussit à écrire un livre novateur et à créer un partenariat privilégié avec une maison d’edition. Autant dire qu’à court terme, cette voie semble compromise

Une autre possibilité : l’auto-publication. Elle permet de doubler vos commissions par livre vendu. Au lieu de toucher 2 euros par livre, vous pourriez passer à 4 ou 5 euros si votre système est construit intelligemment (société d’impression low cost de qualité, bon contrôle des volumes commandés en fonction des espérances de vente, commissions négociées avec les réseaux de distribution, etc.). ?

Cependant, ce modèle demande un investissement bien plus important de temps et vous fait prendre l’ensemble du risque à votre charge. Si vous avez prévu de vendre 20 000 Livres et que vous n’en écoulez que 15 000, vous n’avez rien gagné ! L’accès aux réseaux de distribution est par ailleurs un casse tête inextricable pour tout auteur qui choisit de s’autoproduire. Rien n’indique en effet que la présence de votre livre soit aussi importante que ce qu’elle aurait été avec un des majors de l’édition. A moins que vous ne possédiez une réputation suffisante dans le monde de la distribution ou un réseau d’acheteurs captifs, pouvez donc oublier cette méthode qui risque plus de vous mettre sur la paille que de vous rapporter de quoi réaliser vos rêves.

Dernière mention sur le livre papier : si je ne choisirais pas ce modèle pour financer l’ensemble de mes rêves, il peut en revanche avoir un effet extraordinaire sur votre crédibilité.  Il peut donc être une base solide pour construire une audience de fans et de supporters lisant régulièrement votre blog (si c’est un modèle qui vous intéresse). Certains auteurs de best sellers interviennent ainsi auprès de grands groupes pour des discours d’une heure ou deux rémunérés plusieurs milliers d’euros. Vos chances de jouer sur ce levier dépendent avant tout de la nature de votre livre et de votre réseau professionnel.

L’édition électronique

Alors que certains auteurs de référence (i.e. Seth Godin, auteur de 12 best sellers) ont annoncé avoir stoppé définitivement l’édition de livres papier pour se consacrer uniquement à l’ebook, il est extrêmement tentant de vouloir se focaliser sur l’édition électronique. Seulement, tout le monde n’est pas Seth Godin. Vous n’avez probablement jamais vendu de best seller, vous n’avez peut-être même jamais écrit de livre, et vous n’avez probablement pas une liste de plusieurs centaines de milliers d’acheteurs potentiels sous la main.

L’édition électronique a des avantages indéniables : elle vous permet de toucher une parti conséquente des revenus générés (la totalité lorsque vous ne faîtes appel à aucun distributeur ou affilié).  Et ne vous demande aucune prise de risque en dehors du temps de rédaction de votre livre. Ainsi, si vous touchez 100% de vos ventes sur un livre vendu 10 euros, il vous suffira de vendre 40 exemplaires par mois pour financer vos rêves à hauteur de 5000 euros par an. Est-ce plus raisonnable que ce dont nous parlions tout à l’heure ?

Nous oublions bien trop souvent que les kindles et autres ebooks ne représentent qu’une infime partie du marché de l’édition et que le choix de ce business model les coupe d’une grande partie de leurs acheteurs possibles. Le nombre de personnes à lire un livre en version électronique est encore extrêmement réduit et le reflexe d’achat d’un livre reste encore très largement centré sur les éditions papiers (livrées par Amazone ou directement achetées dans les librairies ou à la Fnac).

A ce jour, l’édition électronique est encore limitante (bien qu’en plein essor) et a le défaut de vous noyer dans la masse puisque les barrières à l’entrée sont bien plus réduites qu’elles ne le sont pour l’édition papier. Si vous voulez réussir, vous devez donc posséder une base d’acheteurs suffisante et vous différencier des dizaines d’autres personnes qui sortiront un livre proche du votre.

Vous êtes l’unique personne en charge de batîr  une communauté à laquelle vous pourrez esperer vendre vos livres si ils sont de qualité (y compris si vous passez par Amazon). Ce qui revient à dire que vous ne pouvez vous contentez de publier,  vous devez bâtir une communauté de fans qui achèteront votre livre et feront passer le message. Aussi bon soit-il, le succès d’un livre ne se fera jamais tout seul.

En conclusion

L’édition de livres est un moyen finalement assez compliqué d’arriver à vos fins et aura du mal à suffire. Il nécessite généralement l’apport d’une communauté importante ou d’une maison d’édition sélective pour vous rapporter de quoi réaliser vos rêves pendant une durée prolongée.

Néanmoins, il peut s’avérer être un bon complément à toute activité communautaire et constitue en soi une expérience intéressante. Après tout, nous sommes bien nombreux à avoir rêvé d’écrire un livre, comme si l’idée de laisser une trace écrite de notre passage changeait notre rapport au monde donnait un sens plus profond à notre vie.

Un dernier conseil. N’oubliez jamais d’écrire un contenu qui ne dépendent que très peu du moment ou il est lu. Plus votre livre est soumis à des effets de mode ou de temporalité, plus vous aurez du mal à vous en servir comme base de revenus additionnels sur le long terme.

Donnez votre avis »

A Propos de The Life List™

Que feriez-vous si vous il ne vous restait qu’une semaine à vivre ? Souhaiteriez-vous partir à l’autre bout du monde ? Sauter en parachute ? N'attendez pas d'être trop vieux pour réaliser vos rêves : The Life List vous aide à véritablement changer de vie aujourd'hui.