The Life List dans les médias

"The Life List dispense des conseils, recommande des lectures, des programmes d'aide au changement. Les adeptes d'un petit changement de vie y agrègent leurs rêves..."

"Julien est un expert qui a fait ses preuves en matière de changement de vie"

"Le concept de Life List est arrivé en France. C'est un outil à la portée de tous pour faire l'inventaire de ses souhaits et se donner les moyens de les réaliser..."

"The Life List’ : Le super blog De Julien qui a décidé de réaliser tous ses rêves sans attendre"

L’intelligence rend-elle malheureux ?

Par Julien Perret 21 novembre 2012 17
L’intelligence rend-elle malheureux ?

Compte tenu de mon voyage en Amérique du sud et de la quantité de boulot à réaliser sur le réseau social, je dois dire que je n’ai pas eu le temps d’écrire depuis une semaine. Pourtant, j’ai plein de choses à vous dire mais il va falloir attendre la fin du mois pour en savoir davantage. Pour ne pas trop vous laisser sur votre faim, je vous propose de découvrir un article publié sur mon ancien blog traitant de l’intelligence et du bonheur. J’espere qu’il suscitera de nombreuses réactions de la part de ceux qui ne l’avaient jamais lu !

Récemment, alors que je revassais en écoutant une jeune femme pleine de vie et d’energie, appuyé sur une énorme table de bois, dans la pénombre d’un de ces pubs ou la vie semble si simple, une phrase m’a subitement fait bondir : « peut-être que les simplets sont plus heureux que nous ». Et si cet adage si répandu était une réalité ? Si notre développement personnel passait par l’idée d’oublier tout ce que nous avons appris ?

Après tout, je connais (et je suis sur que vous en connaissez aussi) suffisamment de gens intelligents, brillants parfois, et qui n’ont aucune idée de ce que peut être le bonheur. Ils sont suffisamment intelligents pour ne pas aborder le sujet, mais bouillonnent de l’intérieur à essayer de comprendre pourquoi d’autres ont l’air de sourire si naturellement alors que leur vie n’est qu’un amas de questions et de refléxions duquel rien ne semble emerger. Pauvre de nous, partant du principe que nous étions suffisament équipés pour réfléchir, on nous aurait oté toute capacité à être heureux en échange d’une éducation ? Je pense qu’avec un peu d’argumentation et de temps, j’arriverais à convaincre la plupart d’entre vous de la réalité de cette citation. Mais je m’y refuse. Penser que l’intelligence rende malheureux est une idiotie sans commune mesure.

Non, certains des êtres les plus incroyablement dotés (mentallement parlant) auraient tout autant de chances d’être aussi heureux que vous ou moi si leurs réflexions sans fin ne les amenaient pas à oublier quelques principes simples. Car le sujet est la, plus vous reflechissez, plus vous oubliez l’essentiel. Le monde prend des allures incroyablement complexes et les principes qui régissaient votre tendre enfance se retrouvent enfouis sous des piles d’idée et d’exceptions compliqués. Je me permets donc d’offrir une petite piqure de rappel à tous ceux qui pensent qu’ils ne pourront être heureux à cause de leur intelligence.

L’intelligence ne sert à rien si elle n’est pas couplée à l’action

Vous pouvez avoir un QI de 170 ou 10 ans d’études de médecine au compteur, vous ne ferez rien de plus que votre vie qu’un individu lambda si vous n’embrassez pas le principe de l’action. Votre cerveau n’est utile que si il est mis à contribution de quelque chose de concret. C’est un base du développement personnel, mais surtout une base de la vie.

Jauger intelligement les risques et prédire les éventualités, c’est bien. Prendre des décisions, c’est mieux

Nous vivons dans un monde de choix et d’opportunités. Cela en devient tellement étouffant que nous n’arrivons plus à choisir quoi que ce soit. Qui ne s’est jamais retrouvé à imaginer toute sorte d’éventualité pour sa semaine au moment de faire un choix au rayon yaourths d’un supermarché ? Hey, ce ne sont que des yaourths ! Sous couvert de caricature, je cherche juste à vous rappeler que dans de nombreuses situations, la réfléxion ne vous apporte que peu de sécurité sur votre choix. Elle n’a qu’un seul intérêt, retarder une echeance (qui s’avère pourtant bien souvent porteuse de positif et de bonheur) en mettant votre vie en pause. Restez simples. Vous avez une intuition ? Suivez-la.

« Je ne suis pas assez préparé » n’est pas un argument, même si votre intelligence vous laissez penser le contraire

Je crois que j’ai moi-même abusé du « je ne suis pas prêt ». Je ne suis pas prêt pour rencontrer de nouvelles personnes. Je ne suis pas prêt à changer de travail, je ne suis pas prêt à démenager, je ne suis pas prêt à partir voyager seul, je ne suis pas prêt à accepter cette offre d’emploi géniale. Remettons les choses en place, vous ne serez jamais prêt. Les meilleures opportunités de votre vie vous tomberont toujours dessus alors que vous ne vous y attendez pas. Il faut vous y faire, il y a une part d’inconnu et de risque dans tout ce qui est bon. C’est en acceptant de sortir de votre zone de confort que vous devenez quelqu’un.

Il y en a qui réussissent grace à leur intelligence, d’autres qui réussissent intelligement

J’ai connu un jeune créateur d’entreprise brillant. 4 ans après le lancement d’un concept dont il était le maître pensant, il était à la tête d’une structure d’une cinquantaine d’employés et prêt à toucher le gros lot en revendant sa création. Quelques jours avant de partir en vacances profiter d’une infime parti de son nouveau compte en banque, il m’avouait être en dépression depuis plus de deux ans et avoir revendu son affaire non pas pour l’argent, mais pour la liberté. Réussir professionnelement est l’idéal de vie qu’on nous inculque depuis le collège. Forcément, ça laisse des traces. Mais vous êtes grands maintenant, combien vous faudra-il d’exemples pour vous rendre compte que la réussite professionnelle n’est pas le seul levier du bonheur ?

Etre intelligent, c’est aussi savoir mettre son cerveau de coté

Il n’est rien de plus détéstable que ces gens qui connaissent deux ou trois choses de la vie et qui par conséquent refusent de se mélanger aux pauvres rustres qui ne connaissent pas Kafka et n’ont jamais entendu parler d’expressionnisme abstrait. Les bonheurs les plus simples sont souvent les meilleurs, et s’en couper sous pretexte d’intelligence est un acte suicidaire dénué de toute logique. Je ne vous demande de vous ouvrir aux extremes, mais d’accepter la différence et la simplicité. Vos relations et votre experience de la vie n’en seront que plus riches

Derrière ces quelques exemples, je cherche à vous faire réaliser la raison pour laquelle la réfléxion de notre jeune femme pleine de vie du début m’a fait bondir. Un simplet n’a aucune raison d’être plus heureux que vous : l’intelligence ne contribue à votre malheur que lorsqu’elle devient un pretexte à la complexification et à l’inaction. Bien au contraire, votre intelligence vous ouvre de nombreuses portes, dont celle du développement personnel.

En d’autres mots, si le simplet est plus heureux que vous, c’est parce qu’il ne perd pas son temps à essayer de prouver qu’il est plus intelligent que vous.

17 commentaires »

  1. clément 22 novembre 2012 à 11 h 00 min - Reply

    Je pense que l’expression heureux les simples d’esprit est vrai, ou plutôt heureux les ignorants.

    Il est parfois absolument inutile de savoir des choses qui ne changeront pas notre vie si on les sait.

    Car on ne peut pas s’encombrer l’esprit avec ce qu’on ne sais pas ou ce qu’on imagine pas.

  2. Anthony 22 novembre 2012 à 21 h 46 min - Reply

    Il faudrait aussi discuter de ce que l’on entend par intelligence. L’intelligence ne se résume pas à un ramassis de connaissances ou à un QI élevé… (D’ailleurs la notion de QI est vivement contesté depuis plusieurs années)
    En fait, l’idée d’intelligence multiple ou de types d’intelligences me semble plus juste.

    On parle souvent de 8 types d’intelligences. Par exemple: un autiste peut faire un calcul mentale absolument complexe en un temps record. Il a donc une intelligence logico-mathématique absolument surprenante. Mais, dans plusieurs autres domaines de sa vie, il va être considéré comme “simplet” par plusieurs. Il aura, pour donné un autre exemple, de la difficulté à rentrer en contact avec les autres et à reconnaître les sentiments des autres. Il a dans ce cas une intelligence interpersonnelle très peu développé.

    Si certaines personnes “mentalement choyées” on de la difficulté à reconnaître leur propre bonheur, c’est peut-être parce qu’ils ont aussi une intelligence intrapersonnelle peu développée.

    Selon, certains expert dont Howard Gardner, “Cette forme d’intelligence permet de se comprendre soi-même, de voir ce qu’on est capable de faire, de constater ses limites et ses forces, d’identifier ses désirs, ses rêves et
    de comprendre ses réactions. “

  3. Pierre 22 novembre 2012 à 22 h 59 min - Reply

    Le Qi est d’ailleurs un concept développé pour les enfant scolarisés (âge mental/âge réelx100), avoir un QI de 200 à 60ans signifierait avoir un âge mental de 120ans?
    Je retiens deux notions de ce texte intéressant:
    - d’une part la notion de compétition “si le simplet est plus heureux que vous, c’est parce qu’il ne perd pas son temps à essayer de prouver qu’il est plus intelligent que vous” que j’ai commencé à abandonner, ce qui m’a grandement apaisé.
    - L’anticipation, aussi extrêmement anxiogène, dont je ne sais actuellement pas me débarrasser… Ne pas voir plus loin que le bout de son nez, vivre dans le moment présent et pas dans une perpétuelle projection à long terme…

  4. Pierre 23 novembre 2012 à 19 h 26 min - Reply

    Mon commentaire a été effacé? Il comportait des propos choquants ou inadaptés??

    • Julien Perret 29 novembre 2012 à 14 h 48 min - Reply

      Non Pierre, j’ai simplement mis du temps à les approuver car je n’ai plus de connexion internet depuis 4 ou 5 jours. La Patagonie c’est un peu perdu question Wifi!

  5. Jerome @ changer de vie par l'action 24 novembre 2012 à 14 h 11 min - Reply

    Bonjour
    De mon côté, j’aime parler d’intelligence de situation. C’est le trait d’union entre réflexion et action.
    Face à une situation difficile, ce n’est ni le plus intelligent ni le plus fort qui s’en sort le mieux, mais celui qui fait preuve de la meilleur intelligence de situation pour trouver la solution.

  6. Haydée 24 novembre 2012 à 14 h 41 min - Reply

    Bonjour Julien,
    Heureux les simples d’esprits est bien sûr complètement faux ! L’intelligence couplée avec l’action est souvent une source de bonheur et de satisfaction de soi-même. J’aime beaucoup cet article surtout sur la partie où tu parles de ces personnes qui ont 3 connaissances et qui refusent de parler au”soi-disant” simplet. Ce sont souvent aussi les mêmes qui ont réussit professionnellement et qui pensent avoir atteint le sommet du bonheur grâce à leur super boulot. Malheureusement, beaucoup de personnes résonnent ainsi. Je trouve le raisonnement d’Anthony bien amené, je pense comme lui également, sur la division de l’intelligence. Mais au final, la meilleure intelligence qui soit, c’est de se connaître soi-même et d’agir en fonction de ça.

  7. Anne-Claire 24 novembre 2012 à 21 h 22 min - Reply

    Le cérébral qui se pose tout un tas de questions existentielles sur le sens de la vie, la mort etc n’a-t-il pas moins de chance d’accéder au bonheur que celui qui vit dans l’action (et non dans ses pensées),dans l’instant, qui profite donc de la vie sans chercher à en comprendre le sens?

  8. Nath 4 décembre 2012 à 22 h 44 min - Reply

    Bonsoir Julien,

    Tellement vrai ce passage sur le faux prétexte “je ne suis pas prêt”, “ce n’est pas le bon moment” : nombre d’entre nous se rassurent avec cette excuse qui évite de faire un pas vers l’inconnu, qui évite d’avoir à accepter qu’on ne maîtrise pas tout…

    En ce qui me concerne, j’aimerais quand même bien trouver le moyen de temps en temps de débrancher mon cerveau, de l’empêcher de cogiter sur le pourquoi du comment…

  9. Kalagan 5 décembre 2012 à 23 h 31 min - Reply

    L’intelligence ne se forme-t-elle pas avec l’action ? C’est en apprenant plsuieurs langues étrangères, par exemple, qu’on renforce son cerveau, sa mémoire, ses facultés de concentration…

    Je dirais alors que c’est en agissant qu’on devient heureux, qu’on soit intelligent ou non :)

  10. Darras Martial 13 décembre 2012 à 11 h 59 min - Reply

    Trop de personnes se rendent malheureuses car elles mélangent le plaisir et le bonheur…C’est propre à l’être humain ;-)

    • Celia 15 février 2013 à 13 h 13 min - Reply

      Hédonisme vs épicurisme. Une nuance fondamentale …

  11. chris 18 décembre 2012 à 21 h 30 min - Reply

    C’est vrai que je me suis souvent posé cette question…est-ce que finalement je ne devrais pas vivre au jour le jour comme beaucoup de personnes, pour être finalement “heureux”…et bien non puisqu’eux mêmes ne le sont pas!

    Je rajouterais “progress=happiness”!

    C’est en agissant, en faisant avancer ses projets, en rêvant finalement qu’on pourra toucher des doigts le bonheur!

    Il est important de garder son âme d’enfant et de se poser la question suivante: Est ce que l’enfant que j’étais serait fier de mon moi actuel?

    A très bientôt,
    Chris

  12. Gilberte 26 février 2014 à 17 h 26 min - Reply

    Je ne suis tellement pas d’accord.. Le “simplet” de base sera surement plus heureux, car plus libre d’esprit, car par définition, il pense simplement. Si nous sommes dotés d’une intelligence supérieure, forcément nous allons sans cesse penser, analyser, et la “complexification” des choses est inévitable. Si l’on doit passer outre cette complexification, c’est abandonner son esprit d’analyse, soit abandonner son intelligence, soit devenir simplet et c’est impossible. Nous sommes condamnés à nous sentir seul, même en agissant et en développant nos capacités dans le milieu idéal.

    • cellophode 18 mars 2014 à 17 h 27 min - Reply

      Bonjour a tous, je suis d’accord avec Gilberte, je pense que les “surdoués” ou les “hauts potentiels intellectuel” ont plus de “chance” d’etre malheureux, ils pensent trop tout simplement, le corps ne tient pas forcement le coup par rapport a ce cerveau d’ailleur, je pense aux insomnies par exemple, frequentes chez les “surdoués”…! insomnies impliquant anxiété voir meme des troubles plus grave comme la depression. mais donc ca ne s’applique qu’aux gens “anormalement” intelligent, au plus de 130 de qi en general cest ce qu’on dit. Etre intelligent ne rend pas malheureux a mon sens, je dirais simplement qu’un surplus dintelligence dans ce monde si injuste nest pas supportable. Et c’est vrai quon est tres seuls. La difference doit etre accepté quelue soit sa nature ! A bon entendeure. Merci de m’avoir lu !

  13. Claire 8 avril 2014 à 14 h 34 min - Reply

    Bonjour à toutes et à tous,

    Un billet intéressant pour une personne comme moi… Personne atteinte de “maussitude” oui néologisme, mais réellement en adéquation avec ce ressenti que j’ai depuis quelques semaines.
    D’une personne animée par un optimisme à toutes épreuves et passionnée par la moindre chose (oui je sais, c’est bien mais fatiguant ^^), je ne me reconnais plus depuis quelques temps et je me suis posée une question, celle qui m’amène aujourd’hui à lire vos réponses “Pourquoi ma réflexion, celle envers les autres, la société me frustre t-elle autant?” oui… car ce ne sont pas mes interrogations qui me posent problèmes… Ca je m’y suis faite ^^ Et celles-ci se révèlent – se révélaient – comme un moteur à mes passions et projets. Aujourd’hui c’est peut-être davantage mon sentiment de solitude: très très bien entourée mais tellement attristée de voir que la plupart des personnes rencontrées ne semblent plus vouloir s’élever (lire, apprendre, expérimenter, découvrir etc.). Jeune, j’ai l’impression de pourtant parler comme une personne âgée.
    Quelqu’un aurait-il déjà eu ce sentiment? Vous n’êtes ni content, ni mécontent, vous n’en voulez à personne en particulier… vous continuez à faire les choses avec implication mais sans aucun appétit… ici je n’oppose pas l’instruction, le savoir, la réflexion au bonheur. Surtout pas! Même si cette approche est avant tout un ressenti est donc bien propre à chacun, personnellement le bonheur c’est un rayon de soleil, c’est la pluie qui fait du bruit etc. Bref, à ce niveau-là j’ai bien compris que c’était en petite monnaie et non en lingots :) J’aimerais comprendre pourquoi moi qui aimais les gens j’ai cette impression d’être en décalage et de me sentir extrêmement seule, d’en être déçue…
    Merci à vous… Toute piste sera bonne à prendre!

Donnez votre avis »

A Propos de The Life List™

Que feriez-vous si vous il ne vous restait qu’une semaine à vivre ? Souhaiteriez-vous partir à l’autre bout du monde ? Sauter en parachute ? N'attendez pas d'être trop vieux pour réaliser vos rêves : The Life List vous aide à véritablement changer de vie aujourd'hui.