The Life List dans les médias

"The Life List dispense des conseils, recommande des lectures, des programmes d'aide au changement. Les adeptes d'un petit changement de vie y agrègent leurs rêves..."

"Julien est un expert qui a fait ses preuves en matière de changement de vie"

"Le concept de Life List est arrivé en France. C'est un outil à la portée de tous pour faire l'inventaire de ses souhaits et se donner les moyens de les réaliser..."

"The Life List’ : Le super blog De Julien qui a décidé de réaliser tous ses rêves sans attendre"

3 choses que j’ai réapprises en 3 jours à Rio

Par Julien Perret 13 novembre 2012 16
3 choses que j’ai réapprises en 3 jours à Rio

Pour mon premier voyage en Amérique du Sud, j’ai choisi de commencer par découvrir Rio. Une ville au décor au décor mythique que je n’ai aucunement besoin de présenter et à la moiteur oppressante rappelant les lourdes journées d’été à Hong Kong. Quoi qu’il en soit, alors que je prenais le voyage pour un acquis après avoir fait le tour du monde l’année dernière, ce voyage à Rio a commencé d’une manière inattendue, me rappelant trois principes importants.

Il ne faut jamais perdre espoir

Calé dans mon petit siège étroit d’avion à essayer de trouver le sommeil, je n’imaginais pas une minute l’accumulation de galères qu’allaient être les deux premiers jours à Rio. Tout a commencé à la sortie de l’avion, alors que je cherchais un moyen de retirer un peu d’argent pour payer un bus ou un taxi vers le centre ville. Je n’ai pas l’habitude d’emmener beaucoup d’euros avec moi depuis que j’ai compris que les bureaux de change prennent des commissions mirobolantes. Je préfère retirer sur place avec des cartes internationales.

Pourtant rien n’allait se passer comme je l’imaginais. Le premier distributeur international ne fonctionnait pas. L’aéroport n’en comptait que deux. Le second décida qu’aucune de mes cartes n’étais valide au brésil. Peu importe, j’avais suffisamment d’euros à changer pour aller jusqu’au centre ville retirer.

C’était sans compter sur le fait qu’aucun distributeur en centre ville n’accepterait aucune de mes cartes !

Au téléphone, ma banque finit par m’assurer que tout rentrerait dans l’ordre en fin de journée. Je fit donc une journée à la pékin express en attendant de retrouver les précieux billets qui m’ouvriraient les portes des bus, restaurants et autres sites touristiques. Mais le soir, rien ne fonctionnait. Le lendemain matin non plus.

Dans ces moments la, on sent le drame se profiler à l’horizon, on s’imagine tous les scenarios possibles d’une vie dans un pays étranger sans argent. D’autant que je partais le jour suivant pour un pays différent et que je n’avais même pas de quoi me rendre à l’aéroport. D’autant que les problème s’enchainaient : pas d’internet pour tâcher de prendre contact avec le service client de mes autres cartes, pas de réseau téléphonique, rien ! On se sent rapidement perdu dans une ville nouvelle ou personne ne parle un mot d’anglais ou d’espagnol et sans argent pour vivre. On est tenté de perdre espoir et de se cloitrer à l’hôtel en espérant qu’une solution nous sorte de la.

Mais au delà de l’anxiété profonde provoquée par l’évènement, je réalise que la meilleure chose à faire est de ne pas perdre espoir et de continuer à vivre en attendant que les choses reviennent à la normal. N’oubliez donc jamais de vivre une fois que vous aurez fait tout ce qui est en votre possible, et accessoirement, ayez toujours une solution de secours ! Le fin mot de l’histoire, c’est que les distributeurs ont finit par accepter l’une de mes cartes, probablement grâce aux appels répété à ma banque.

Lorsqu’une opportunité se présente à vous, c’est peut être la dernière fois

L’arrivée en taxi à Rio a quelque chose de spectaculaire. On voit au loin le sommet du Corcovado et son célèbre Christ Rédempteur tout en imaginant la vue imprenable sur la ville qu’il doit avoir. Le monument se visite, c’est un attraction à touriste relativement simple d’accès à condition d’avoir de l’argent sur soi) mais qui n’en vaut la peine que si le ciel est entièrement dégagé.

Or le ciel était dégagé ce jour la. Ma première idée fut donc de monter la haut, mais le manque d’argent m’a conduit à revoir mes priorités (c’était ça ou manger). Fondamentalement, le deal ne me semblait pas risqué puisque le ciel bleu était dans mon esprit une des caractéristiques de la ville. Ce n’est que le lendemain matin que j’ai réalisé que l’opportunité ne se reproduirait pas.

Alors que je me servais un troisième verre de jus d’orange pour lutter contre un début de rhume, j’ai fait la connaissance d’un couple de français. Ils étaient à Rio depuis une semaine et m’expliquèrent en détail ce qu’ils avaient aimé et détesté. A mon plus grand étonnement, aucun mot sur le christ. Je leur pose la question, et ils m’expliquent qu’ils n’ont pas pu y aller la veille car ils avaient prévu autre chose. Je leur demande alors pourquoi ne pas y avoir été en début de semaine, et leur réponse me stupéfait : « Nous ne l’avons pas vu de la semaine, il a toujours été dans les nuages. En fait, le christ est quasiment tout le temps dans les nuages à cette période ».

Je savais que mon intuition première était la bonne. L’opportunité était la. Evidemment, je n’avais pas d’argent sur moi ce jour la et il m’était impossible de la saisir. Mais il ne faut jamais oublier qu’une opportunité ne se présente parfois jamais plus à vous si vous oubliez de la saisir.

N’attendez jamais pour vivre ce que vous voulez vivre !

Ne pas toujours croire les préjugés véhiculés par d’autres voyageurs

Ah le brésil et ses plages de sable blanc ensoleillées, ses filles refaites aux corps parfaits et ses dangers qui vous guettent à tous les coins de rues. Le tableau dressé par les guides touristiques, nous l’avons tous en tête. Pourtant, la réalité m’a semblé terriblement différente de tout ce que j’avais pu lire sur ce pays.
Le soleil déjà, finalement assez peu présent. Un peu comme Hong Kong, la ville semble couverte en permanence d’un nuage de pollution, auquel s’ajoutent des orages fréquents diminuant considérablement la lumière qui frappe les abords de Copacabana.

Parlons en de Copacabana d’ailleurs : ou sont les fameuses brésiliennes dont on vante (ou moque) les corps parfaits refaits en quasi intégralité ? Les brésiliennes que j’ai vu sont plutôt normales, voire dopées aux fast food à la mode américaine. La seule chose vraie, c’est qu’elles portent le string, ce qui n’est pas forcément très joyeux.

Les risques qui planent sur les plages et dans le centre ville. J’ai trouvé la ville bien loin des préjugés lus à droite et à gauche sur les forums de voyage. Pas de coup de feu plusieurs fois par jour, pas de bandes qui vous guettent au coin de chaque rue. Comme partout, on ne laisse pas son sac ouvert, ou son appareil photo posé sans surveillance. Mais je ne me suis pas senti en danger avec l’appareil photo autour du bras, alors que je résidais près d’une favela dans les hauteur de santa teresa.
Quoi qu’il en soit, je tenais à vous rappeler que les préjugés que l’on peut entendre de la part de certains voyageurs sont souvent éloignés de la réalité. Chacun se fait une conception qui lui est propre du monde qui l’entoure. Je n’échappe d’ailleurs pas à la règle, et je vous conseille vivement de voir les choses par vous même si vous souhaitez vous faire une opinion !

Sur ces quelques conseils, je m’envole vers les chutes d’Iguazu, l’une des trois chutes d’eau à faire partie de ma liste. J’espère ne pas être déçu !

16 commentaires »

  1. Anthony 13 novembre 2012 à 15 h 08 min - Reply

    Bien content d’apprendre que tu es pu finalement utiliser une de tes cartes :) Je peux croire que ça devait être assez paniquant!

  2. Xavier 13 novembre 2012 à 17 h 13 min - Reply

    J’ai eu l’occasion de passer quelques jours à Rio et je confirme ton ressenti sur les clichés qui ne sont pas forcement vrai. En réalité la seule fois où j’ai vu des brésilienne “de rêve” sur la plage c’est parce qu’ils étaient en train de tourner un clip …

    Bonne visite à Iguazu … tu ne seras pas déçu t’inquiète pas :)

    • Julien Perret 17 novembre 2012 à 15 h 53 min - Reply

      Merci à tous, Xavier, en effet je n’ai pas été déçu par Iguazu ! C’est splendide :)

  3. jordane 16 novembre 2012 à 22 h 06 min - Reply

    Tu vois c’est marrant car jai écris le même type d’article sur Rio y a de ca deux semaines et j’en ai tirer les mêmes leçons, avec le meme type de photo, cest la ville qui veut ca!

  4. Philippe 19 novembre 2012 à 0 h 28 min - Reply

    Bonjour Julien,

    J’ai découvert ton site tout juste hier car il aborde exactement le même thème que le mien et je suis resté scotcher par ce que tu as fait avec ce site.

    L’idée est juste brillante. Je souhaitais simplement te féliciter pour cette réussite. J’espère avoir l’occasion de te croiser quelques part dans le monde mais d’ici là profites bien des chutes d’Iguazu (elles font également partie de ma liste ;-9).

    A bientôt

  5. Haydée 20 novembre 2012 à 11 h 41 min - Reply

    Bonjour Julien,

    Je ne connais pas Rio, mais je suis d’accord avec ces remises en questions que je garde dans un coin de la tête chaque jour pour avancer ! Quand il m’arrive une galère en voyage, pour me rassurer je me dis que j’en rigolerai dans quelques mois quand j’en parlerai, ce qui apaise mon stress du moment.

  6. Pierre 26 novembre 2012 à 21 h 07 min - Reply

    Bel article sur Rio.
    J’ai bien envie d’y retourner aussi. Les gens sont quand même plus joyeux que la normale même si parfois les inégalités sont bien pus rudes qu’ailleurs.
    J’ai eu le problème avec mes cartes bancaires. C’est un vrai problème quand on arrive, il vaut mieux toujours avoir un peu de liquide sur soi.
    Pour le culte du corps, je suis tout à fait d’accord même si je ne serais pas aussi négatif sur la beauté des Brésiliennes ;)

    • Julien Perret 4 décembre 2012 à 12 h 30 min - Reply

      @ Pierre : Le problème des cartes bancaires c’est qu’on en entend parler nulle part! Quoi qu’il en soit, je pense en effet que je ne voyagerai plus sans liquide et sans une carte american express qui ne pose elle pas de problèmes !

  7. Laetitia 1 décembre 2012 à 6 h 59 min - Reply

    Bonjour Julien,
    Je viens tout juste de découvrir ton site, qui me semble très très intéressant. Et surtout très approprie a mon “moment de vie”. Merci de partager toutes ces infos.

    J’habite au Mexique depuis plusieurs années, si par hasard tu passais par la ville de Querétaro, ce serait avec plaisir que je discuterais de thelifelist!

    • Julien Perret 4 décembre 2012 à 12 h 28 min - Reply

      Merci Laetitia ! Le Mexique n’est pas prévu à court terme, mais probablement un jour. En revanche je ne sais même pas ou se trouve la ville de Querétaro ! :)

  8. Nico 12 décembre 2012 à 6 h 30 min - Reply

    Salut Julien,

    Je suis ton blog depuis environ 2 ans.
    Je suis maintenant en voyage au tour du monde.
    Cet article me parle puisque nous avons vécu plus ou moins les même situations début octobre à Rio qui était notre première étape.

    Tout d’abord concernant les retraits CB à l’aéroport, même constat !
    Au dernier étage de l’aéroport, il y avait 6 ou 7 distibuteurs de 4 banques différentes : aucun n’a voulu nous donner de l’argent avec nos 2 CBs internationnales prises spécialement pour le voyage.
    Résigné, nous avons essayé avec une autre CB de secours, et nous avons enfin pu retirer l’équivalent de 40€.
    Durant tout notre périple au Brésil (et aussi en Argentine ensuite), nous avons eu beaucoup de mal à retirer de l’argent.
    Nous allions de distributeurs en distirbuteurs jusqu’à en trouver un qui veuille bien nous donner un peu de notre argent … la galère !
    Cerise sur la gateau, nous nous sommes même fait pirater nos cartes (sans trop savoir comment).
    Il y a eu plus de 500€ de détournés, nous avons du faire opposition et nous faire renvoyer de nouvelles CBs en urgence.
    Nous attendons toujours le remboursement de la banque …
    En conclusion : extrêmes précuations et méfiance avec les CBs au Brésil !

    Concernant le Corcovado, et le pain de sucre, nous avons prolongé notre séjour de 2 jours afin de pouvoir en profiter avec un ciel dégagé.
    Un conseil : y aller le matin car l’après-midi le ciel se couvre sur Rio.

    Et pour terminer, concernant les préjgués, tout à fait d’accord !
    Le mythe de la brésilienne en string … reste bien un mythe !
    Et au niveau sécurité, à aucun moment nous nous sommes sentis menacés ou en danger … bien sûr il faut éviter certains quartiers, mais la réalité reste loin de l’image de dangerosité véhiculée dans l’imaginaire populaire.

    Bon courage pour la suite de ton voyage

    Nico, en direct du Pérou
    http://tour-du-globeurs.fr

  9. jph 16 décembre 2012 à 19 h 54 min - Reply

    bonjour
    je suis surpris par ton article
    on part d’une mesaventure qui arrive, pas de sous en voyage, et on finit par des platitudes données comme des regles de sagesse extreme…
    il faut faire ce que l’on croit….
    ma question c’est a partir de quand tu arretes de te regarder le nombril et nous raconter ce que tu vois (un nombril) et à partir de quand tu vis un truc reel , quitte à le garder pour toi d’ailleurs,on ne sera pas decu de cela.
    des sites de developpemet personnel il en a des tonnes et à la base c’est tjs un type à l’ego immence qui te dit j’ai la solution, ecoute moi ,donne moi des sous et regarde..

    • Julien Perret 16 décembre 2012 à 20 h 24 min - Reply

      Bonjour jph,

      C’est intéréssant ton commentaire. Te lances-tu dans une grande campagne contre le développement personnel ? Si c’est le cas et que ca te permet de vivre heureux, j’en suis ravi pour toi. Pour ce qui est de ce que je fais réellement de ma vie, je pense que tu t’adresses à la mauvaise personne. Je n’ai pas trouvé beaucoup de mentions de mon nombril sur ce blog, si ce n’est quelques vidéos de ces choses que je fais réellement et que tu souhaites que je garde pour moi. Si cela ne t’intéresse pas, je te propose simplement de ne pas lire ce blog. En ce qui concerne l’argent, tu me diras à quel endroit du blog tu m’as vu en demander à mes lecteurs, si ce n’est pour un livre vendu 10 euros.

      Quoi qu’il en soit, je ne prone pas avoir LA solution, j’expérimente des choses que je partage. Je ne suis surtout pas un gourou (sauf une fois dans une soirée déguisée cette année) et j’ai toujours mis un point d’honneur à ne pas m’enrichir en vendant des produits faisant croire à mes lecteurs qu’ils pourront devenir riches facilement. Les lecteurs de ce blog ne sont pas plus idiots que toi, si ils me lisent, c’est justement que je ne leur dit pas “regarde”, mais bien que je leur donne une volonté de bouger par eux mêmes.

      Je prend avec plaisir les remarques négatives sur ce blog à condition qu’elles aient quelque chose de constructif.

  10. jph 18 décembre 2012 à 11 h 20 min - Reply

    non pas de campagne anti developpement personnel au programme.
    je reagis c’est tout.
    le web c’est un media particulier, tu peux tout ecrire, tout publier ,
    il n’y a pas un editeur ou un comité de lecture qui te dis , là ta difficulté pour retirer de l’argent c’est banal et ininterressant, passe à autre chose.et le lien “il y a des nuages” et” Lorsqu’une opportunité se présente à vous, c’est peut être la dernière fois”.et bien ce lien il est un peu ridicule.
    voilà c’est mon avis, les commentaires c’est fait pour cela non ?
    sinon j’ai regardé le reste du site ,il y a des bonnes choses, je te felicite pour l’aspect du site qui est bon , les articles sont pour la majorité interressants,l’idée est originale.bref cela roule.
    juste ,realiser que dans une vie tout n’est pas interressant à raconter,que le talent d’écrire ne s’invente pas sur une todoliste en 60 jours…
    bon “regardage “de nombril.
    jph

  11. Haydée 18 décembre 2012 à 12 h 46 min - Reply

    Salut JPH
    A la lecture de tes messages je me dis qu’il est vrai que l’on peut tout écrire… avec 15 fautes de frappe par exemple.
    Je respecte ton avis sur cet article. Tu peux prendre Julien pour un mégalo à l’égo surdimensionné, bien que je ne partage pas ton avis. Et puis nous avons tous une petite part de mégalomanie en nous. Certaines personnes racontent trop leur vie et ça peut être agaçant. Mais par contre, s’il te plait, fais un effort d’écriture ne serait-ce que pour ta crédibilité.

Donnez votre avis »

A Propos de The Life List™

Que feriez-vous si vous il ne vous restait qu’une semaine à vivre ? Souhaiteriez-vous partir à l’autre bout du monde ? Sauter en parachute ? N'attendez pas d'être trop vieux pour réaliser vos rêves : The Life List vous aide à véritablement changer de vie aujourd'hui.