The Life List dans les médias

"The Life List dispense des conseils, recommande des lectures, des programmes d'aide au changement. Les adeptes d'un petit changement de vie y agrègent leurs rêves..."

"Julien est un expert qui a fait ses preuves en matière de changement de vie"

"Le concept de Life List est arrivé en France. C'est un outil à la portée de tous pour faire l'inventaire de ses souhaits et se donner les moyens de les réaliser..."

"The Life List’ : Le super blog De Julien qui a décidé de réaliser tous ses rêves sans attendre"

N°58 (une nuit dans le désert)

Par Julien Perret 1 décembre 2011 2
N°58 (une nuit dans le désert)

Nous sommes à la fin du mois de septembre 2011. Après avoir roulé plusieurs heures dans le désert du Wadi Rum, au sud de la Jordanie, nous voila sur le site du campement dans lequel nous allons passer la nuit. Masquées du soleil matinal par un imposant massif rocheux, quelques tentes noires dans lesquelles sont alignés des sommiers sommaires recouverts d’énormes duvets bleus nous serviront de chambres. C’est du moins ce qu’avait prévu Zidane (ça ne s’invente pas), le bédouin qui nous a servi de guide.

Le désert est somptueusement calme. Je n’ai surtout pas envi de m’enfermer sous l’immense bout de toile qui sert de salle à manger aux bédouins et d’y savourer un 14ème thé de la journée. Ils m’ont rendu fou à boire du thé toutes les cinq minutes. Je choisis donc de partir seul en expédition sur les rochers qui entourent le campement, comme pour satisfaire mon instinct d’aventurier. Mes chaussures sont restées au campement, je grimperais donc pied nu même si la roche est brulante. Contre toute attente, l’ascension sera moins escarpée que prévue.

Le campement des bédouins

Le fauteuil en cuir jonché sur le sommet

Le petit plateau jonché au « sommet » (n’allez pas croire que je parle d’une montagne, ce ne sont que quelques dizaines de mètres de hauteur) est incroyable. En plein milieu de ces 100 mètres carrés de pierre orangée se trouve un siège de voiture, probablement celui d’une vieille Peugeot passée par tous les pays du Maghreb avant d’atterrir ici. Je me dirige tout droit vers lui et me vautre nonchalamment sans réfléchir. Le cuir est brulant. Mon dos s’en souviendra.

Les trois secondes désagréables passées, je réalise le caractère extraordinaire du lieu. Me voila sur un  siège en cuir surplombant l’immensité rougeoyante du désert environnant. Le campement a disparu, du moins, il n’est pas visible depuis le fauteuil. J’ai l’impression d’être un mélange entre Tom Hanks seul au monde sur son île déserte et Lawrence d’Arabie. Le rapprochement avec Tom Hanks est d’autant plus fort que je trouve un vieux ballon dégonflé non loin du fauteuil… J’ai songé quelques instants à lui dessiner des yeux et une bouche pour la photo… Mais mon esprit (et celui des quelques personnes qui ont choisi de me rejoindre la haut après s’être rendu compte que je ne redescendais pas) se trouve bien vite absorbé par le coucher du soleil qui dégrade la couleur du ciel du bleu profond de l’après midi vers un rouge violacé surnaturel.

Seule l’odeur du repas viendra me sortir de la torpeur dans laquelle m’avait laissée ce monde aux milles teintes de rouge et d’orange. Les bédouins ont amené quelques poulets qu’ils ont fait cuire en tajine sous le sable du désert. True Story. Zidane fume rapidement sa cigarette seul sur un banc alors que les hordes de nomades en herbe affamés redescendent de leur petite montagne. Ce sera le meilleur repas de ma semaine en Jordanie, tant pour l’ambiance que pour le goût. C’est en me réservant une deuxième fournée de Tajine que l’idée me vient : pourquoi diable devrions nous dormir dans des tentes alors que l’un des plus beaux ciels au monde s’offre à nous. Je serais le premier à sortir un sommier des tentes pour m’installer dans l’un des plus beaux hôtels de ma vie. Rapidement, d’autres suivront.

C’est ainsi que, bercés par le laser vert de Zidane (dont la star de la soirée se sert pour épater les filles en leur montrant les constellations) et sur un air de Jason Mraz, je m’endors tranquillement dans le désert.

Coucher de soleil…


Mon lit le lendemain matin!

Desert, jordanie, wadi rum, nuit dans le desert, nuit à la belle étoile, réaliser ses rêves, life list, bucket list, liste, 100 choses à faire, a faire avant de mourir

2 commentaires »

  1. Julien Arcin 1 décembre 2011 à 13 h 30 min - Reply

    WOW quelle chance !
    C’était donc un voyage organisé ? Est-ce que ce genre de chose coûte cher ?

    En tout cas bravo à toi. Tu vis vraiment des expériences géniales.

  2. Julien 3 décembre 2011 à 20 h 37 min - Reply

    Non, rien de très organisé, en tout cas pas depuis Paris. A éviter d’ailleurs. J’ai pris un bus le matin depuis Petra (navette quotidienne vers 6h30 je crois), et le chauffeur travaillait avec le type qui possède le camp. Pour une cinquantaine d’euros ils te font le trajet + la journée dans le desert + le repas et la nuit.

Donnez votre avis »

A Propos de The Life List™

Que feriez-vous si vous il ne vous restait qu’une semaine à vivre ? Souhaiteriez-vous partir à l’autre bout du monde ? Sauter en parachute ? N'attendez pas d'être trop vieux pour réaliser vos rêves : The Life List vous aide à véritablement changer de vie aujourd'hui.